L’Atlas linguistique de la Polynésie française

English
 
English version


 

 

Maeva ’outou !

Bienvenue sur la page de l'Atlas linguistique de la Polynésie française. Fruit d'une décennie de collaboration entre deux linguistes du CNRS – Jean-Michel Charpentier(†) et Alexandre François – , ce volume de 2562 pages se veut un ouvrage de référence sur la diversité des langues et dialectes de la Polynésie française.


Charpentier, Jean-Michel & Alexandre François. 2015.
Atlas Linguistique de la Polynésie FrançaiseLinguistic Atlas of French Polynesia.
Berlin, Papeete : de Gruyter & Université de la Polynésie Française. 2562 pp. (ISBN : 978-3-11-026035-9)


Inauguré en février 2015, l'atlas est publié conjointement par l'Université de la Polynésie française (UPF) et par l'éditeur scientifique De Gruyter. Les auteurs et les éditeurs ont souhaité conjointement que ce travail soit distribué gratuitement, en Accès libre, afin de profiter à tous. N'hésitez donc pas à le télécharger et à le diffuser !

Les langues de P.F. Un travail de collaboration   L’atlas    Téléchargement    Vidéos  

Comme nous l’expliquons dans les chapitres introductifs de l’atlas, il n’est pas si facile de donner un chiffre définitif du nombre de langues autochtones parlées en Polynésie française, du fait de la difficulté notoire de distinguer entre langues et dialectes. Cependant, il semble raisonnable de conclure à l'existence de sept langues différentes sur le territoire : tahitien, austral, ra’ivavae, rapa, mangarévien, pa’umotu, marquisien.

Voici la carte que nous proposons pour l’ensemble du territoire. (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

Parmi ces sept langues, certaines – comme le rapa, le mangarévien, l’austral ou même le pa‘umotu – sont particulièrement vulnérables : elles subissent non seulement la pression du français, mais également celle du tahitien, langue polynésienne largement dominante dans le pays. Le but de notre atlas est également de rappeler à tous la richesse linguistique du territoire, qui ne se réduit à la seule langue tahitienne.

 

deco
 

 

 

 
Haut de la page
 
 
 

©   Alexandre FRANCOIS 2017